Guy de Lussigny - Manager de Transition
Google Docs : vous allez gagner un temps fou avec cette mise à jour

Sur Windows, Linux et sur Mac, il est possible dans à peu près n’importe quelle application de faire des sélections de texte multiples. A savoir sélectionner par exemple un paragraphe, puis un autre un peu plus loin simultanément. En général, il faut pour cela réaliser une première sélection, appuyer sur une touche du clavier, puis tout en la maintenant appuyée effectuer une autre sélection.

Grâce à cela, vous pouvez extraire des parties non-consécutives d’un texte. Ou appliquer le même formatage à des régions déconnectées du document. Pour l’heure, pour effectuer la même action, il faut sélectionner, et réaliser à chaque fois les mêmes modifications, ce qui rajoute de quelques secondes à quelques dizaines de secondes à chaque sélection. Pouvoir sélectionner plusieurs régions du texte est donc un must pour gagner du temps.

Les sélections multiples débarquent dans Google Docs

Google propose une suite d’applications bureautiques dans le cloud de plus en plus populaires. Google Docs et Google Sheets notamment, gagnent de plus en plus de terrain sur des alternatives plus bureau comme Microsoft Word et Excel. Pourtant, Google Docs ne proposait jusqu’ici pas la possibilité de sélectionner plusieurs régions de texte disjointes. Mais rassurez-vous, cette lacune est sur le point d’être comblée !

Google annonce en effet sur son blog : “dans Google Docs, vous pouvez désormais faire des sélections multiples de texte en une seule opération, et appliquer des actions comme la suppression, copier, coller ou un formatage à l’ensemble des sélections. Cela va rendre le formatage et l’édition des documents plus rapide en éliminant le besoin de faire des changements répétitifs, ce qui augmente dans l’ensemble la productivité”.

Google ajoute que le déploiement de cette nouveauté commence à peine et se poursuivra dans les prochaines semaines. Si vous ne parvenez pas encore à faire des sélection multiples dans vos documents (ce n’est pas encore le cas sur les comptes des membres de l’équipe), pas de panique : cela devrait arriver sous peu.

Lire aussi – “Confidentiel”, “brouillon”… Google Docs peut enfin ajouter des filigranes comme Microsoft Word

Lorsque cela sera le cas, Google explique la marche à suivre. Faites une première sélection, puis :

  • Sur Mac : Ctrl + ⌘ + Maj, puis effectuez une autre sélection
  • Sur Windows et Chrome OS : Ctrl + Alt + Maj, puis effectuez une autre sélection

Que pensez-vous de cette nouveauté ? Partagez votre avis dans les commentaires !

[embedded content][embedded content]

WhatsApp : un appel à ce numéro permet aux pirates de voler votre compte

Une nouvelle astuce des pirates vient d’être découverte par des chercheurs en sécurité. Selon 91mobiles, en effet, un nombre inquiétant d’utilisateurs sont conduits à composer un numéro de téléphone spécial par divers messages. Ce numéro commence généralement par **67* ou *405* suivi de 10 chiffres. Les personnes qui tombent dans le piège ont la surprise de se voir immédiatement déconnectées de WhatsApp – les pirates ont alors immédiatement le contrôle du compte.

L’un des chercheurs en sécurité à l’origine de la découverte, Rahul Sasi, explique que cette attaque est particulièrement dangereuse en raison de sa simplicité. Elle laisse par ailleurs très peu de traces. Même si la chose est un peu moins vraie en France, beaucoup de numéros commencent par 67 ou 405 à travers le monde, ce qui renforce la confiance des victimes dans les pays concernés. Malgré des recherches nous ne sommes pas sûr d’avoir bien compris le déroulé technique de cette méthode.

Les pirates peuvent voler votre compte WhatsApp en vous faisant composer un numéro

Faire commencer un numéro par *67* (avec une astérisque en moins) permet de cacher l’identifiant de l’appelant. Quant à *405*, nous n’avons pas réussi à en trouver la moindre référence nulle part. Il semble en fait simplement que ces numéros permettent de rediriger temporairement les codes à usage unique vers un autre numéro. Codes que le pirate peut ensuite immédiatement utiliser pour prendre le contrôle du compte en question.

L’authentification double facteurs peut être active, mais avec les fameux codes OTP reçus par SMS. Or, on sait depuis longtemps que la méthode des codes reçus par SMS manque de sécurité. Les pirates découvrent en effet toujours de nouvelles méthodes pour rediriger la réception de SMS ce qui leur permet d’intercepter ces codes et donc de contourner l’authentification double facteurs. Il est néanmoins possible d’ajouter un code PIN et une adresse mail dans les paramètres double facteurs de WhatsApp.

Lire aussi – WhatsApp vous permettrait bientôt d’utiliser le même compte sur deux smartphones

Pour cela, allez dans WhatsApp > Réglages > Compte > Vérification en deux étapes. De là vérifiez qu’il y a bien une adresse email – ainsi, vous ne recevrez plus que des codes à usage unique par mail désormais. Bien sûr, pour renforcer votre sécurité, il est indispensable de faire le nécessaire pour que votre adresse mail soit très difficile à pirater. Si possible, nous vous recommandons d’activer l’authentification double facteurs sur celle-ci – via une application externe telle que Google Authenticator, ou clé de sécurité FIDO.

WhatsApp Messenger

4.4 / 5

165,1 M avis

Test RENO 7 : le smartphone abordable le plus stylé ?

Le Reno 7 est-il fait pour vous ? Ou, plutôt, êtes-vous fait pour lui ? Réponse dans ce test.

Beaucoup de gens pensent que ce sont les téléphones haut de gamme qui rapportent le plus aux constructeurs. C’est faux. En réalité, les gros flagships sont surtout là pour montrer leur savoir-faire… et accessoirement pour vendre des technologies aux autres acteurs du marché.

Non, ce qui rapporte, en vérité, c’est le segment milieu de gamme. Et c’est aussi pour cette raison que vous avez autant de références sur ce secteur. Le Reno 7 en est une de plus, mais Oppo a fait des choix assez intéressants. Suffisamment en tout cas pour lui permettre de se démarquer de ses concurrents.

Prix et disponibilité du Reno 7

Le dos du Reno 7 ne passe pas inaperçu, du moins pas sur sa version orange

@Presse-citron

Le Reno 7 est disponible à la vente, en noir ou en orange, au prix conseillé de 329 euros. Retrouvez ci-dessous les meilleurs prix du marché grâce à notre comparateur de prix.

Oppo Reno7 au meilleur prix Prix de base : 328 €

Voir plus d’offres

Un look original et branché

Le Reno 7 hérite, dans les grandes lignes, du look du Reno 6. Un boîtier aux lignes anguleuses, des bordures plates, un module photo placé dans une pièce rectangulaire, la ressemblance est frappante. Mais attention, car ce nouveau cru n’est pas tout à fait pareil que l’ancien. Il apporte en réalité une toute nouvelle saveur à la gamme.

Si le dos est fait de plastique, Oppo a opté pour un revêtement original. Le téléphone se décline en effet en noir ou en orange. Dans les deux cas, le constructeur a opté pour une plaque mate. Toutefois, la version orange est un peu différente. Ici, le constructeur a opté pour de la fibre de verre qui imite la texture du cuir. Il est évidemment très difficile de ne pas penser au Find X2 Pro orange.

L'écran est de bonne qualité

@Presse-citron

Une différence qui a aussi une incidence sur les dimensions du téléphone. Le Reno 7 de couleur noire mesure en effet 7,49 mm de large, contre 7,54 mm pour celui de couleur orange.

De face, l’offre est un peu plus conventionnelle. Un grand écran avec un poinçon placé en haut à gauche. Et la seule chose que l’on pourra lui reprocher, finalement, c’est son menton. Un menton un peu trop marqué à mon goût.

Rien à dire de l’ergonomie en revanche, si ce n’est qu’elle tape juste. Les boutons tombent naturellement sous les doigts et rendent le Reno 7 très agréable à utiliser. Surtout que l’on pourra toujours compter sur les gestures supplémentaires de ColorOS (nous y reviendrons).

Le dos est fait en fibre de verre, avec une texture imitant le cuir

@Presse-citron

Un écran qui envoie du lourd

S’il y a un domaine dans lequel les constructeurs ne peuvent plus faire de compromis, c’est bien celui de l’écran. Et Oppo a plutôt bien fait les choses de ce côté.

En dépit de son positionnement grand public, le Reno 7 va assez loin dans ce domaine. Il hérite en effet d’un écran AMOLED de 6,4 pouces capable d’afficher une définition Full HD+ et atteignant un taux de rafraichissement de 90 Hz, avec un taux d’échantillonnage tactile de 180 Hz. Un taux variable. Oppo nous a en effet confié que ce dernier pouvait, dans certains cas, atteindre les 1 000 Hz.

Deux limitations sont à noter cependant. La première, c’est que cette accélération sera temporaire. Elle ne durera qu’une poignée de secondes, et elle surviendra seulement sur des actions très rapides. La seconde est un peu plus restrictive. Cette fonction n’est pas supportée par tous les jeux et seuls quelques titres en profitent. C’est notamment le cas de PUBG Mobile.

Pas d'ultra grand angle à bord du Reno 7, mais un microscope

@Presse-citron

Mais rassurez-vous, car cet écran n’a pas pour unique atout sa fiche technique. En réalité, cette dalle est très impressionnante dans la vie de tous les jours. Que ce soit pour relever ses mentions en plein soleil ou pour regarder des films et des séries dans le fond du canapé le soir, elle donne entière satisfaction en dépit d’une fâcheuse tendance à tirer sur les teintes froides. 

Un problème qui n’en est pas vraiment un. ColorOS vous donnera en effet la possibilité de modifier la température de l’écran à la main et vous pourrez donc réchauffer un peu la dalle. Quant à savoir si les utilisateurs les plus néophytes penseront à le faire, c’est une autre question.

L'écran est imposant, mais le menton est un peu trop présent

@Presse-citron

Puce décevante mais recharge impressionnante

Jusqu’à présent, c’est presque un sans-faute, mais il y a tout de même un point qui déçoit un peu : le choix du SoC.

Contrairement au Reno 6, Oppo n’a pas opté pour une puce MediaTek, mais pour un Snapdragon 680 couplé à 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage non extensible. Une puce positionnée sur le segment milieu de gamme qui pèche un peu par sa puissance, mais qui a surtout pour défaut de ne pas prendre en charge la 5G. Il faudra donc s’en tenir à la 4G.

Et là, il y a finalement deux cas de figure. Premier cas, vous avez un forfait 5G ou vous comptez y passer très prochainement. Forcément, le Reno 7 ne sera pas pour vous. Il ne sera pas pour vous parce que vous n’allez sans doute pas changer de téléphone dans 6 mois.

Le second cas de figure est relativement simple. Vous vous moquez de la 5G, la 4G vous suffit. Dans ce cas, tout va bien.

La version orange a beaucoup de cachet

@Presse-citron

En utilisation, en tout cas, le Reno 7 s’en tire avec tous les honneurs, même sur des jeux très exigeants. On prend plaisir d’ailleurs à le pousser dans cet usage grâce à son taux de rafraichissement et son taux d’échantillonnage tactile élevé. Chaque geste est en effet retranscrit immédiatement à l’écran, ce qui confère un avantage évident sur les titres les plus rapides.

Surtout que derrière, le Reno 7 a deux autres atouts : son autonomie et sa charge. Avec sa batterie de 4500 mAh, il pourra tenir pas loin des deux jours avec une seule charge et pour un usage mixte. Combiné au chargeur 33W fourni, la charge complète ne prendra en outre pas plus d’une heure. Et oui, quand on connaît le savoir-faire d’Oppo en la matière, on aurait aimé que le téléphone aille un peu plus loin sur ce volet.

Le Reno 7 est très léger, ce qui le rend extrêmement confortable

@Presse-citron

Le microscope, gadget ou pas ?

Oppo fait partie des constructeurs qui accordent la plus grande importance à la photo. Ce qui a poussé la marque à nouer un partenariat avec un géant du secteur : Hasselblad. Un partenariat dont ne profite malheureusement pas le Reno 7.

Mais est-ce que le téléphone déçoit pour autant ? Pas forcément.

A l’arrière, nous retrouvons trois capteurs. Le capteur principal, et qui vous servira à 90 % du temps, atteint une définition de 64 millions de pixels et il est accompagné d’un grand angle ouvrant à f/1.7.

Les deux autres capteurs ne dépassent pas les 2 millions de pixels. Le premier servira au calcul de la profondeur de champ, le second… à prendre des photos au microscope.

Pas d’ultra grand angle, donc, ni même de zoom optique. Cela peut décevoir, bien sûr, mais il est difficile d’être surpris compte tenu du positionnement – et du prix – du Reno 7.

En pratique, en tout cas, ce capteur principal offre des performances plus que correctes.

De jour, le Reno 7 sera capable d’obtenir des résultats corrects. S’il ne sera pas très à l’aise sur les scènes très contrastées en raison d’une dynamique un peu poussive, il pourra tout de même obtenir des images précises et avec un haut niveau de détails. Les couleurs tombent aussi juste et le téléphone ne tombe pas dans le piège de la sursaturation.

De nuit, la qualité baisse pas mal et il sera préférable de basculer vers le mode nuit pour limiter la casse et conserver un niveau de détails correct. Une fois ce mode activé, le Reno 7 basculera automatiquement sur une pose longue de quelques secondes, ce qui lui permettra de générer des photos de meilleure qualité.

Dans la vie, tout est une question de différenciation. Oppo l’a bien compris et le constructeur a donc été le premier à équiper un téléphone d’un microscope. Le Reno 7 est le second appareil de la marque à avoir droit à cette attention. Avec deux différences notables : la définition du capteur passe de 5 à 2 millions de pixels et l’objectif est entouré d’une LED nommée « lumière orbitale ».

Une LED qui change finalement pas mal de choses. En projetant plus de lumière sur le sujet photographié, elle permet d’améliorer drastiquement la qualité des clichés. Des clichés plus précis, donc, et qui offrent un regard très différent sur le monde qui nous entoure.

Attention en revanche, car la mise au point est toujours fastidieuse. Le microscope est en effet dénué d’autofocus et il faudra donc tout faire à la main. Et un seul millimètre d’écart suffira à rendre nos photos floues. 

Il faut bien le reconnaître, le Reno 7 impressionne vraiment sur les portraits. Les images sont nettes, avec une belle dynamique et des couleurs qui tapent juste. Les algorithmes développés par Oppo s’avèrent diablement efficaces, tant au niveau du détourage que de la gestion du bokeh. Et cerise sur le gâteau, le mode portrait ne se limite pas aux sujets humains. Il sera aussi capable d’obtenir de bons résultats avec des animaux.

Les selfies seront de leur côté généré par un IMX709 de 32 millions de pixels, soit le même capteur que celui présent à bord du Find X5 Pro.

Les résultats sont corrects lorsqu’on regarde les photos sur l’écran du smartphone, mais un peu moins lorsqu’on les importe sur un ordinateur. Le piqué baisse un peu. Néanmoins, la qualité des clichés reste globalement correcte, avec un bel effet de flou d’arrière plan sur le mode portrait.

En vidéo, on bénéficie d’une mise au point rapide et d’une stabilisation correcte. Les séquences sont de bonne qualité, mais il sera préférable de ne pas manquer de lumière. Les images bruiteront en effet très vite en intérieur ou en basse luminosité. Ce qui ne surprend pas vraiment. La plupart des smartphones pèchent en effet dans cet exercice, handicapés par la petite taille de leur capteur.

Ce menton ne sera pas du goût de tous

@Presse-citron

ColorOS, une plateforme toujours aussi intuitive

Mais la force du Reno 7 ne réside pas uniquement en sa fiche technique. Tout comme les Find X5, le téléphone bénéficie en effet de la toute dernière version de ColorOS, une plateforme qui tend à se bonifier au fil du temps… et des mises à jour.

Sans la moindre surprise, le téléphone embarque ColorOS 12, lui-même basé sur Android 12. Il met donc l’accent sur la personnalisation et tout pourra être modifié à la volée. Le fond d’écran, bien sûr, mais aussi les icônes ou encore les jeux de couleurs utilisés à travers les menus. Et si vous le désirez, vous pourrez même demander à votre téléphone d’adapter ces dernières au style du fond d’écran.

Mais c’est surtout lorsqu’on commence à naviguer d’écran en écran que l’on prend toute la pleine mesure des efforts réalisés par les développeurs et les ingénieurs de l’entreprise.

Si la navigation gestuelle est de mise, Oppo a aussi ajouté de nouvelles gestures pour faciliter l’accès aux captures d’écran et au multitâche. Il suffira donc de faire glisser trois doigts vers le haut ou vers le bas pour passer en vue scindée ou enregistrer ce qui se passe à l’écran.

L'écran du Reno 7 est totalement plat

@Presse-citron

C’est simple, c’est rapide et on pourra en plus compter sur des transitions très soignées qui donneront une belle impression de fluidité à l’ensemble.

La barre latérale répond aussi présente et elle nous permettra, comme toujours, d’accéder aux outils les plus usuels. La calculatrice, bien sûr, mais aussi Chrome ou encore les différents outils de capture intégrés à la plateforme. Une barre latérale qui nous permettra aussi d’ouvrir des applications dans des fenêtres volantes. Et de les redimensionner à la volée ou même de les cacher.

Toutes les options en lien avec le bien-être numérique sont aussi présentes. 

Et on pourra bien entendu continuer comme ça pendant des heures tant les possibilités offertes par ColorOS sont nombreuses.

Le poinçon du Reno 7 est assez discret

@Presse-citron

Oppo Reno7 au meilleur prix Prix de base : 328 €

Voir plus d’offres

En conclusion

Dresser la liste de tous les atouts et de tous les défauts d’un smartphone ne suffit pas. Pour savoir si un produit mérite l’investissement, il faut ramener ses points forts et ses points faibles à son prix de vente.

Le Reno 7 n’est pas parfait. Il fait l’impasse sur la 5G et l’ultra grand angle. La charge est rapide, mais on reste tout de même cantonné au 33W, ce qui est un peu rageant quand on connaît l’expertise d’Oppo en la matière.

Maintenant, il y a aussi le prix. Avec un ticket d’entrée fixé à 329 €, le Reno 7 est clairement une bonne affaire. D’autant qu’il est actuellement proposé avec une petite ODR qui place son prix à 299 €. 

Oppo Reno 7

329 €

Ecran

8.5/10

Performances et interface

8.0/10

Autonomie et recharge

8.5/10

Appareil photo

8.0/10

Rapport techno-prix

9.0/10

On aime

  • Un look soigné
  • Un écran à tomber
  • Une autonomie qui fait plaisir
  • Une plateforme agréable

On aime moins

  • L’absence de la 5G
  • Un volet photo en demie-teinte
  • Une charge de 33W seulement

Avec ses 3 nouveautés, NordVPN va vous faire casser la tirelire

Le VPN est devenu un logiciel quasiment incontournable. En France, 28% des internautes font appel à cet outil, dont une grande partie de novices en technologie. En un clic, le VPN vous ouvre les portes d’un Internet plus large : que ce soit pour contourner la censure, accéder à des programmes bloqués par un FAI ou regagner sa confidentialité en ligne, il vous accompagnera sur tout.

Dans le monde, trois acteurs se partagent une grande partie du marché : ExpressVPN, CyberGhost et NordVPN. Ce dernier mérite sa place de leader en Europe avec un produit abouti à tous les niveaux. Il répond à tous les utilisateurs, quel que soit leur niveau, et il offre un niveau de confidentialité militaire.

Pour asseoir sa position, NordVPN mise avant tout sur la qualité du produit : c’est celui qui est le plus complet du marché. A cela, il offre actuellement un double avantage à y souscrire : non seulement le prix tombe à 2,89 euros par mois (au lieu de 10,49 euros), mais surtout il vient avec des fonctionnalités antivirus. Ces dernières sont incluses sous forme de bonus.

Voir l’offre de NordVPN

Dans la dernière décennie, NordSecurity s’est imposé comme le champion européen des VPN. Il a étoffé son service pour offrir divers niveaux de fonctionnalités plus ou moins avancées. Et depuis quelques mois, il capitalise sur des fonctionnalités antivirus pour compléter son logiciel. En optant pour cette offre, vous avez 30 jours pour tester le service sans engagement.

Regagner sa vie privée avec un VPN

Aujourd’hui, vous avez probablement remarqué que vous êtes suivi pour toutes vos actions sur internet. Le moyen le plus évident est la publicité, qui ne cesse de vous matraquer de produits que vous avez déjà consulté. Il existe aussi une surveillance plus vicieuse que vous ne voyez pas forcément de façon aussi explicite. Il faut donc s’en protéger.

Pour cela, le VPN est la solution. Ce logiciel est simple : un bouton, un clic et vous devenez anonyme sur le net. Votre fournisseur d’accès internet (comme Orange ou SFR par exemple) perd totalement votre trace. Il ne sait pas sur quel site vous allez naviguer. De même, les éditeurs de site ne pourront pas relier votre visite avec votre adresse IP. C’est le niveau de confidentialité maximal.

Dans les faits, seul votre éditeur de VPN pourrait savoir ce que vous faites. Cependant, NordVPN s’engage à supprimer instantanément toutes les données qui passent par ses serveurs (no log). Il ne sait donc rien de ce que vous faites avec son service. Il ne pourra pas relier votre adresse IP à une activité. Autrement dit : personne ne saura ce que vous faites sur internet.

Attention, il ne faut pas croire que l’anonymat en ligne est réservé à des personnes malintentionnées. Tout le monde peut vouloir rester tranquille, sans être surveillé lorsqu’il est sur internet. Le principe du VPN permet d’aller encore plus loin : vous allez pouvoir vous téléporter virtuellement dans d’autres pays en choisissant une adresse IP de ces régions.

Dans le cas de NordVPN par exemple, vous pouvez choisir de vous connecter dans environ 60 pays. Quel intérêt ? Cela vous permet d’aller sur internet et de voir tous les programmes comme si vous étiez dans ces pays. Par exemple, si vous êtes à l’étranger pour les vacances et que vous souhaitez accéder à la chaine TF1, il suffit d’utiliser un VPN avec une connexion en France pour y accéder. Sinon, le site est affiché comme indisponible si vous n’êtes pas basé en France.

Avec cette astuce qui consiste à de géolocaliser dans d’autres pays, vous pouvez faire une quantité de choses gigantesques. Par exemple, si vous avez accès à une plateforme de streaming vidéo internationale, vous allez pouvoir débloquer du contenu. Etant donné qu’elle ne possède pas les licences auprès de tous les studios de cinéma pour tous les pays, le catalogue affiché pour un client français ou américain ne sera pas le même. Avec un VPN, vous pouvez être les deux à le fois.

NordVPN

Tarif mensuel

2,89 €

24 MOIS

4,39 €

12 MOIS

10,49 €

1 MOIS

Notre avis : Un très bon VPN pour la sécurité et l’anonymat

Sécurité

Fonctionnalités

Simplicité

Support client

Qualité / prix

EN VOIR +

1

NordVPN vous protège sur internet

Si vous allez sur le site de NordVPN, vous pouvez trouver des dizaines de cas d’usages avec des serveurs très spécifiques pour chacun. En prime, actuellement, il y a les fonctionnalités antivirus qui sont incluses. NordSecurity veut s’imposer comme une référence de la cybersécurité et il le fait parfaitement. Cet antivirus permet de vous écarter des sites frauduleux, de scanner les fichiers que vous téléchargez à la recherche de virus etc. Bref, un outil tout en un.

La France est le seul pays où NordVPN se montre aussi attractif : vous avez un tarif très réduit sur son VPN et les fonctionnalités antivirus viennent en bonus. On vous précise aussi que cette souscription vous permet de protéger 6 appareils en parallèle. Cela vous permet d’avoir le VPN et l’antivirus sur votre ordinateur, sur votre smartphone et sur ceux de votre famille (ou vos proches). Cela amortit largement son coût.

D’un éditeur de VPN à un autre, la qualité peut être variable. Si NordVPN s’est autant imposé avec le temps, c’est parce que son logiciel répond à toutes les attentes : il est rapide (vous ne perdez presque pas de vitesse par rapport à votre connexion classique), il est sécurisé (chiffrement de vos données, no log) et il offre une quantité de serveurs gigantesque. Surtout, il est très facile d’utilisation pour n’importe qui : même un débutant saura l’adopter de façon instantanée.

Pour en savoir plus, c’est ici que ça se passe :

Je profite de NordVPN

PlayStation : Horizon, God of War et Gran Turismo arrivent en série

Les rumeurs circulaient depuis pas mal de temps, c’est désormais officiel. God of War et Gran Turismo vont être adaptés en série par PlayStation Production dans les mois à venir. Mais ce n’est pas tout, on apprend aussi qu’une série Horizon est également au programme. Plus que jamais, Sony souhaite adapter ses grandes licences pour les rendre encore plus grand public.

God of War sur Amazon Prime

Série God of War Prime Video

© Presse-citron.net

Au mois de mars, on apprenait que Sony était apparemment en négociation avec Amazon pour adapter la série God of War. Visiblement, les discussions ont bien avancé. Jim Ryan, le PDG de Sony Interactive Entertainment confirme aujourd’hui que la série est officielle et qu’elle arrivera prochainement sur la plateforme Prime Video.

Pour le moment, nous ne disposons pas de plus d’informations, nous savons seulement que la pré-production de la série est déjà lancée.

Horizon sur Netflix

Pour la véritable surprise, c’est l’annonce d’une série Horizon sur Netflix. Nouvelle licence de Sony, développée par Guerrilla Games depuis 2017, Horizon s’est tout de suite imposé comme une grande série de PlayStation. Après deux opus à succès avec Zero Dawn (mars 2017) et Forbidden West (en février 2022), nous aurons l’occasion de découvrir les aventures d’Aloy sur Netflix prochainement. Là encore, pas plus d’informations pour le moment.

Gran Turismo dans les starting block

Enfin, PlayStation confirme là encore les nombreuses rumeurs autour de l’adaptation de Gran Turismo. On sait désormais qu’il ne s’agira pas d’un film, mais bien d’une série. En revanche, aucune plateforme de diffusion ne fut annoncée pour le moment. Annoncé en 2013, le film Gran Turismo devait retracer l’histoire des pilotes de la GT Academy avec un jeune homme champion de jeux vidéo, tentant de se faire une place dans les véritables courses automobiles. À la base, Kevin Spacey devait s’occuper de la production et Alex Tse du scénario. Mais depuis, plus aucune nouvelle. Le projet a depuis bien évolué pour devenir une série qui arrivera donc… prochainement !

À ce jour, ce sont pas moins de neuf projets qui sont en cours du côté de chez PlayStation Productions.

Sony PS5
Crypto : Terra (LUNA) est de retour, faut-il y croire ?

Do Kwon, le controversé fondateur du Luna, la cryptomonnaie de la blockchain Terra, persiste et signe. Malgré l’effondrement de l’écosystème et de l’UST, son stablecoin algorithmique expérimental, l’entrepreneur sud-coréen souhaite absolument relancer sa blockchain.

Il y a quelques jours, Do Kwon a soumis un plan de relance auprès de la communauté Terra. Baptisé « Plan de relance de l’écosystème Terra 2 », le projet de l’entrepreneur prévoit notamment d’enterrer définitivement l’UST et de scinder la blockchain Terra.

Concrètement, le plan recommande de couper le réseau en deux voies. La blockchain actuelle sera rebaptisée Terra Classic tandis que le Luna deviendra le Luna Classic.  La nouvelle blockchain reprendra l’appellation de Terra et le token s’intitulera tout simplement Luna.

Dans le monde des cryptomonnaies, cette scission s’appelle un « hard fork ». De nombreuses devises numériques populaires, comme le Bitcoin ou l’Ethereum, ont vécu des événements de ce genre. C’est d’ailleurs suite à un hard fork que le Bitcoin Cash ou l’Ethereum Classic ont vu le jour.

Si vous possédez des Luna ou des UST, une proposition de airdrop devrait vous être proposée ces prochains jours sur les principales plateformes d’échange de cryptos qui proposaient les jetons.

Rien n’arrête le fondateur de Terra

Contre toute attente, le plan de relance de Do Kwon a été accepté par la communauté Terra ce 25 mai 2022. « Terra 2.0 arrive. Avec un soutien écrasant, l’écosystème Terra a voté en faveur de la proposition 1623, appelant à la genèse d’une nouvelle blockchain et à la préservation de notre communauté », se félicite le compte Twitter de Terra. La scission débutera dès le 27 mai 2022.

Quelques jours avant le vote, la communauté avait pourtant massivement refusé la perspective d’un hard fork dans un sondage. 92% des membres avaient voté « non » au projet de plan de relance de Do Kwon. Finalement, 65,5 % des adresses de la blockchain Terra se sont positionnées en faveur de la scission. Pour obtenir l’aval de la communauté, le fondateur de Terra n’a pas hésité à modifier sa proposition pendant le vote.

Lire aussi – UST, Luna : tout comprendre sur l’un des plus gros krachs crypto

De nombreux acteurs de l’écosystème crypto ont pourtant tenté de dissuader Do Kwon d’aller jusqu’au bout de son plan de relance. C’est notamment le cas de Changpeng Zhao, le PDG de Binance, l’une des plus importantes plateformes d’échange de cryptomonnaies. Le dirigeant a estimé que le projet de Do Kwon n’avait aucun sens : « cela ne fonctionnera pas. Effectuer un fork ne donne aucune valeur au nouveau fork ». 

Dans la foulée, Changpeng Zhao a ouvertement critiqué le comportement de Do Kwon. « Il est extrêmement important de faire preuve de transparence, de communiquer rapidement et d’assumer ses responsabilités envers la communauté », tacle le fondateur de Binance. De nombreux acteurs de l’écosystème regrettent que Do Kwon ait négligé de communiquer avec les membres de la communauté pendant l’effondrement du Luna et de l’UST.

Faisant fi des avertissements et des critiques, le fondateur de Terra semble désormais prêt à tout pour sauver le Luna. Do Kwon parviendra-t-il à redresser la barre ?


Voiture électrique à 100 euros par mois : voici les modèles en lice

Pour son nouveau quinquennat, Emmanuel Macron a choisi de se tourner vers une mesure forte alliant l’écologie et le pouvoir d’achat des ménages les plus modestes. Longtemps laissées-pour-compte, les personnes aux plus faibles revenus ne pouvaient pas passer d’une voiture thermique à une voiture électrique en vue du coup d’achat conséquent.

Pour y pallier, la mesure du président de la République prévoit de lancer un plan de leasing fixé à 100 euros par mois. Nous ne connaissons pas la durée prévue du contrat, ni les autres détails quant à son arrivée, mais déjà une liste de prétendants se dessine parmi les modèles commercialisés sur le marché.

Aucune date de lancement de la mesure n’est annoncée et beaucoup de médias s’interrogeaient ces derniers jours quant à la faisabilité du projet. Il faut dire que la pénurie des composants, fortement aggravée pour le secteur automobile depuis la guerre en Ukraine, pourrait limiter les capacités du gouvernement. Si des centaines de milliers de Français se tournaient vers l’offre à son lancement, le temps d’attente pourrait être colossal avant d’avoir sa voiture.

Quelle sera la voiture électrique à 100 euros par mois ?

Actuellement, plusieurs marques et plusieurs modèles pourraient faire l’affaire de l’offre de leasing à 100 euros par mois. Chez les constructeurs français comme à l’international, les petites voitures électriques à 300 kilomètres d’autonomie sont de plus en plus nombreuses. Les offres de leasing fleurissent. Voici les modèles qui pourraient être retenus :

  • Dacia Spring (120 € par mois)
  • Nissan Leaf (99 € par mois)
  • Fiat 500 (119 € par mois)
  • Renault Zoe (169 € par mois)
  • Peugeot e-208 (149 € par mois)

Lire aussi – Voiture électrique : tout savoir sur le prêt à taux zéro

Ce que l’État prendra en charge

Chacune de ces voitures exige un apport conséquent (entre 2500 et 7700 euros), ce que mesure gouvernementale prendrait en charge. Pour un leasing à 169 euros par mois, l’État négocierait directement avec le constructeur ou se chargera de payer les 69 euros mensuels pour proposer un prix de 100 euros par mois aux ménages.

Selon les dernières nouvelles du gouvernement, le coût total de la mesure la première année serait de 50 millions d’euros pour 100 000 contrats. En faisant le calcul, on tomberait donc à 500 euros de dépense par véhicule sur un an à la charge de l’État.

À la fin du contrat de leasing, les ménages auront le choix entre le résilier ou compléter la différence de prix pour racheter la voiture. Sur ce point, l’État ne prévoit pas d’aide supplémentaire. Libre à chacun d’accepter le rachat ou de mettre fin à cette location longue durée. Pour le moment, nous ne savons pas sur combien d’années les ménages pourront utiliser la voiture en leasing.

“Il faudra un dispositif suffisamment robuste pour que les Français puissent en bénéficier tout de suite”, disait Agnès Pannier-Runacher, la nouvelle ministre de la Transition énergétique, au micro de France 5. Le défi est grand tant l’infrastructure devra rapidement suivre pour offrir à chacun un environnement propice à la voiture électrique et sa recharge.

Chez RED by SFR, ce smartphone Samsung est offert avec ce forfait à 15€ par mois

Samsung est le leader mondial du marché du smartphone. Si ses modèles haut de gamme sont très populaires, c’est sur les segments milieu et entrée de gamme que le fabricant se détache de ses concurrents. Son Galaxy A32 5G est sorti il y a quelques mois, et est le dernier fleuron sur l’entrée de gamme pour la marque.

Sorti au prix public de 329 euros, il est en ce moment offert dans le cadre du RED Deal. Cette offre spéciale est cependant limitée, vous n’avez donc que jusqu’à lundi pour en bénéficier. Soyez rapide si vous ne voulez pas rater le coche. Pour en profiter, il vous suffit de souscrire au forfait mobile 100 Go avec un engagement de deux ans. Ce dernier est facturé 15 euros seulement.

Profiter de l’offre

Samsung roi de l’entrée de gamme

Le Samsung Galaxy A32 5G n’est pas le meilleur smartphone du marché, mais il est très intéressant sur son segment de prix. Il embarque un SoC MediaTek Dimensity 720 5G, qui lui permet de bien s’en sortir dans la plupart des usages. Son gros point fort, c’est le support de la 5G.

Son écran LCD de 6,5 pouces propose une définition HD+, parfait pour consommer vos contenus en déplacement ou chez vous. Son design est aussi très réussi, et on retrouve bien la pâte de Samsung dans ce modèle. L’autonomie du smartphone est son plus grand atout, avec une batterie de 5 000 mAh, c’est un monstre de longévité.

Au niveau photo, on retrouve au total 5 capteurs, mais surtout un principal de 48 Mpx, qui vous permettra d’immortaliser les moments avec vos proches. Si cette fiche technique n’est pas celle d’un Galaxy S22, le placement tarifaire du A32 5G lui donne un rapport qualité d’exception, ce qui est encore plus renforcé avec l’offre du RED Deal.

Un RED Deal incontournable

Comme nous l’expliquions au début de ces lignes, cette offre spéciale sur le Samsung Galaxy A32 5G n’est disponible que jusqu’à lundi soir sur le site de RED by SFR. La procédure pour avoir ce smartphone pour 0 euro est simple. Rendez-vous sur la page dédiée au RED Deal, de choisir si vous voulez un forfait 4G ou 5G (5 euros de plus par mois), et de cliquer sur commander. Vous paierez 1 euro à la commande pour la carte SIM, puis 15 euros par mois pendant 2 ans, toute la période d’engagement.

Cet engagement est la seule contrepartie pour avoir le smartphone offert, mais les calculs sont simples. Si vous partez au bout de deux, vous aurez payé 361 euros au total, soit 31 euros de plus que le prix du smartphone nu. C’est ce qui en fait une offre d’exception.

Pour 15 euros par mois, vous avez droit à 100 Go de données mobiles en France, dont 15 Go utilisables en Europe et dans les DOM, et aux appels, SMS et MMS illimités. C’est une offre ultra complète, et le volume de datas est largement suffisant, même pour les utilisateurs les plus intensifs. Avec la période de vacances estivales qui arrive, c’est parfait si vous aimez regarder des films, ou du sport en déplacement.

Si vous souhaitez conserver votre numéro de smartphone actuel, rien de plus simple. Il vous suffit d’appeler avec votre smartphone actuel le 3179. Vous recevrez dans la foulée un SMS vous donnant votre numéro RIO, et la période d’engagement actuelle chez votre opérateur. Dans votre processus de commande chez RED by SFR, vous n’aurez qu’à le renseigner et choisir une date de portabilité, et… c’est tout !

Pour profiter de cette offre folle, on vous rappelle que vous n’avez que jusqu’à ce lundi soir, mais les stocks étant limités, le RED Deal peut se terminer avant cette date en cas de rupture des unités disponibles. Pour profiter de ce combo forfait mobile + smartphone Samsung, c’est par ici :

Découvrir le RED Deal