Guy de Lussigny - Manager de Transition
Search for:
Technology from tomorrow

Notre expérience à votre serviceau service de votre performanceau service de votre SI

Parce que le SI est la clé de voute de votre entreprise, elle mérite des solutions adaptées !

Accompagnement de votre croissance

Un SI Digital vous permet  de bien connaitre vos clients, et de dynamiser vos forces commerciales, d'apporter un vrai service à vos clients.

Support de votre activité

Des process fluides, une organisation solide, une supply chain efficace et transparente, une entreprise optimisée.

La performance de votre activité

De la Business Intelligence et du reporting pour suivre au mieux vos activités

Business Organization

Des Process d'Entreprise clairs, définis, appliqués et soutenus par l'énergie Informatique.

Une direction support au service de votre activité

Dans un monde en permanence évolution, une DSI soit être le support de votre activité.

Des équipes SI efficaces

Many variations of at Lorem Ipsum but the majority Parce que toute technologie repose sur des humains, le pilotage efficaces des équipes SI vous apporte efficacité, sécurité et la pérennité de votre activité.have suffered. Lorem Ipsum the majority suffered.

Les News de la tech
Quelle est l’énergie renouvelable la plus utilisée en France ?

Les énergies renouvelables sont des énergies issues de ressources naturelles qui peuvent se renouveler à l’infini. Elles sont en opposition directe avec les énergies fossiles, qui mettent des millions d’années à se constituer et qui provoquent des émissions de gaz à effet de serre nocifs comme le dioxyde de carbone.

Une énergie renouvelable a donc un double avantage sur l’énergie fossile : elle peut être renouvelée en permanence et dispose d’un impact très limité sur l’environnement. Ainsi, afin de faire face à la crise climatique, elle devient un enjeu de taille. Désormais moins chères dans la plupart des pays, elles gagnent en popularité et permettent par ailleurs de créer trois fois plus d’emplois que les combustions fossiles. Mais alors, quelle est l’énergie verte la plus employée dans le monde, et en France ?

Quelle est l’énergie verte la plus employée dans le monde ?

Puisque la planète est constituée à 72 % d’eau, on pourrait croire que l’hydroélectricité devrait logiquement être l’énergie verte la plus utilisée dans le monde. Or ce n’est pas le cas. En réalité, 10 % de l’énergie consommée dans le monde est issue de la biomasse et des déchets organiques (en 2019). C’est donc l’énergie renouvelable la plus usitée à l’heure actuelle.

Pour rappel, la biomasse permet d’obtenir du chauffage, de l’électricité, mais aussi du carburant et du gaz, ce qui en fait un outil formidable pour créer de nombreuses formes d’énergie, tout en renouvelant des déchets organiques. Quant à l’hydroélectricité, puisque nous en parlions, elle représentait seulement 2,5 % de la consommation d’énergie mondiale.

L'éolien ne représente qu'une petite partie des énergies renouvelables dans le monde
© Karsten / Unsplash

Quelle est l’énergie renouvelable la plus utilisée en France ?

En France, la première source d’énergie renouvelable est la filière du bois énergie. Elle représente 33 % de la consommation d’énergie primaire issue de sources vertes. En deuxième position arrive l’hydraulique renouvelable avec 19,3 %, puis l’éolien avec 12,7 %.

Ainsi, contrairement aux idées reçues, le solaire ne constitue qu’une petite fraction de la consommation d’énergie renouvelable en France. En considérant à la fois le solaire photovoltaïque et le solaire thermique, cette source ne correspond en réalité qu’à moins de 5 % de la consommation française d’énergie verte.

Le solaire pas si utilisé dans le monde
© Antonio Garcia / Unsplash

Cependant, il est important de noter un changement global dans la production d’énergies vertes depuis une trentaine d’années. En 1990, seuls l’hydraulique et le bois-énergie étaient employés en masse. Aujourd’hui, de nombreuses nouvelles sources ont rejoint les énergies vertes populaires, comme l’éolien, les déchets renouvelables, le photovoltaïque, les pompes à chaleur ou encore les biocarburants.

Sur le long terme, il est donc possible que le bois-énergie soit dépassé par les pompes à chaleur, les biocarburants ou l’éolien. Ces derniers ont tous bénéficié d’une hausse de production considérable depuis la fin des années 2000. En Europe, les énergies renouvelables sont passées de 5 % des énergies globales à 15 % en 2019.

Quid du nucléaire ?

Il est évident que si l’on considère le nucléaire comme une énergie renouvelable, alors il s’agirait de la plus utilisée en France. Or évidemment, l’appellation fait débat puisque les déchets radioactifs sont encore mal maîtrisés. Cependant, en 2022, les eurodéputés ont voté pour adopter le label vert sur le nucléaire.

Le nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre contrairement à une centrale thermique, ce qui en fait une énergie renouvelable selon la loi européenne malgré ses défauts. Si le nucléaire est considéré comme une énergie verte, alors il s’agit évidemment de la plus utilisée en France.

Le nucléaire, une énergie renouvelable ?
© Nicolas Hippert / Unsplash

En 2020, le nucléaire représentait à lui seul 39,2 % de la consommation d’énergie primaire globale dans le pays, ce qui est déjà 3 fois plus que l’ensemble des autres énergies vertes combinées. C’est également plus que les produits pétroliers (27,5 %) et le gaz naturel (16,9 %). Si l’on considère le monde entier, le nucléaire correspond à 5 % du mix énergétique, pour une raison simple : très peu de pays possèdent encore cette technologie, même si cela pourrait changer à l’avenir.

Qu’est-ce que le bois énergie ?

Faisons maintenant abstraction du nucléaire, puisque son appartenance aux énergies renouvelables fait encore débat aujourd’hui. Le bois énergie est alors la source d’énergie verte la plus plus populaire en France, mais de quoi s’agit-il ? Le bois énergie correspond en réalité à la chaleur produite à partir de bois, qui peut prendre différentes formes.

Il peut ainsi correspondre à l’utilisation de cheminées, inserts, poêles et chaudières à buches chez le particulier, ou encore de chaufferies dans des logements collectifs et industriels. Dans ce dernier cas, elles s’approvisionnent en bois issu de la forêt ou encore en résidus de bois issus de scieries, voire en déchets de bois.

poêle à bois
© Pexels

Sept millions de foyers se chauffent au bois via un appareil individuel au domicile, mais cette consommation n’est pas exempte de défauts. En effet, le chauffage domestique au bois est responsable de 98 % de l’émission de particules PM2.5. Il est néanmoins possible de pallier ce problème en renforçant l’isolation des bâtiments ou en accélérant le remplacement des appareils anciens pour des nouveaux, plus performants et moins consommateurs.

Le bois énergie est-il un risque pour la protection des forêts ?

C’est une autre des questions habituelles posées quant à l’utilisation du bois en tant que source d’énergie chauffante : n’est-ce pas une mauvaise chose pour les forêts ? Pas nécessairement. Les pratiques de récolte du bois doivent en effet respecter un certain nombre de règles : il ne faut pas exporter les feuillages, par exemple. Au même titre, il est nécessaire de conserver une partie de bois sur la parcelle exploitée, et enfin raisonner la récolte des souches.

Les impacts du changement climatique sur les forêts jouent un rôle important à propos de l’incertitude sur les niveaux de disponibilité de bois, mais aussi sur la qualité de ce dernier dans les forêts. Autrement dit, il est nécessaire de bien respecter la ressource pour que cette dernière reste abondante. En l’état néanmoins, l’exploitation du bois en tant qu’énergie chauffante reste une valeur sûre en France.

📍 Pour ne manquer aucune actualité de Presse-citron, suivez-nous sur Google Actualités et WhatsApp.

Faut-il vraiment éjecter un appareil USB avant de le débrancher ?

Qui n’a jamais hésité au moment de retirer une clé USB  ou tout autre périphérique USB d’un ordinateur ? L’arracher d’un seul coup de son support par simple flemme ou alors indiquer à son ordinateur par quelques clics de souris que vous allez la ou le retirer. Nous nous sommes toutes et tous déjà posés cette question une fois : l’éjection préalable est-elle nécessaire ? La réponse est oui ; nous vous expliquons pourquoi.

Un geste simple pour éviter les pertes et les dégâts

Lorsque vous reliez un dispositif USB à son ordinateur, une myriade de transferts de données invisibles à l’œil nu s’opère en sourdine. Ôter imprudemment cet accessoire, sans avoir préalablement procédé à son éjection, risque d’interrompre ces flux d’information, entraînant dès lors une potentielle corruption, voire une perte irrémédiable des données en transfert. Cette négligence s’apparenterait à refermer brutalement un livre au beau milieu d’une phrase, vous condamnant à l’égarement lors de sa prochaine ouverture.

Les systèmes d’exploitation modernes, tels que Windows et macOS (dont la version Sequoia arrivera cet automne), ont conceptualisé une technique baptisée « cache d’écriture ». Par cette méthode, les données sont tout d’abord stockées provisoirement en mémoire vive avant d’être transférées sur le périphérique cible. Dès lors, éjecter l’accessoire garantit l’acheminement intégral de ces informations avant la déconnexion.  Ce simple geste prévient ainsi tout risque de données corrompues ou de fichiers tronqués, qui pourraient survenir si ces dernières n’avaient pu être intégralement transférées depuis le cache mémoire.

Débrancher imprudemment un dispositif, sans avoir préalablement procédé à son éjection, peut même engendrer des dommages physiques. Certains appareils peuvent subir des dégradations irréversibles s’ils sont déconnectés de manière impromptue alors qu’ils opèrent encore.

Bien que cette précaution ne s’applique pas aux périphériques dépourvus de capacités de stockage, tels que les souris ou les claviers, elle demeure indispensable pour les clés USB, les disques durs externes et les cartes SD. À noter : les risques de dommages ou de pertes sont tout de même limités si le périphérique n’est pas en écriture.

Si vous êtes adepte de Windows, éjectez votre périphérique via l’option « Retirer le périphérique en toute sécurité » en bas à droite de la barre des tâches, en cliquant sur la petite coche « Icônes cachées ». Si vous êtes sous macOS, ouvrez le Finder et à gauche sous la section « Emplacements », trouvez votre périphérique et cliquez sur l’icône « Éjecter » à droite du nom de votre dispositif. Une habitude très simple à prendre qui peut vous éviter bien des désagréments.

  • Éjecter un périphérique de stockage USB de manière virtuelle avant de le faire physiquement est nécessaire, que ce soit sur Mac ou PC.
  • Si cela n’est pas fait correctement lorsque celui-ci est en écriture, cela peut engendrer une perte des données en cours de transfert.
  • Sans cette manipulation, certains périphériques peuvent même être endommagés.

📍 Pour ne manquer aucune actualité de Presse-citron, suivez-nous sur Google Actualités et WhatsApp.

Arnaque par SMS : 4 techniques infaillibles pour repérer les fakes

Votre téléphone vibre et un SMS vous met en état d’alerte : votre compte Netflix a été suspendu, car votre dernier paiement n’a pu être encaissé. Vous devez cliquer sur lien pour le rétablir. Si vous avez reçu ce type de message, il s’agit forcément d’une arnaque par SMS aussi connue sous le terme de Smishing.

Cette menace prend de l’ampleur à travers le monde. Par exemple, la Federal Trade Commission a rapporté que les escroqueries par SMS ont détourné 372 millions de dollars aux Américains rien qu’en 2023.

Des mesures de bon sens

Et justement, la société de cybersécurité McAfee a récemment publié un article très instructif avec des conseils pour ne plus se faire avoir. Les experts proposent une astuce principale afin de ne plus tomber dans le panneau : comprendre comment les entreprises prennent contact avec leurs clients.

En effet, si nous lisons rarement les dispositions contractuelles, ces dernières stipulent souvent la manière dont une marque va solliciter sa clientèle. En règle générale, aucune banque ne va envoyer un SMS à ses clients contenant un lien ou une pièce jointe. Si tel est le cas, vous pouvez être sûr qu’il s’agit d’une arnaque.

Les entreprises ne demandent également quasiment jamais de leur renvoyer des données personnelles par SMS. Si tel est le cas, la tentative de smishing est avéré. En cas de doute, ne prenez même pas la peine de les ouvrir et supprimez-les directement.

Quelques méthodes de vérification

McAfee suggère par ailleurs de toujours vérifier la source du message. C’est d’autant plus essentiel que les SMS sont de plus en plus crédibles et on ne peut plus vraiment compter sur les anciennes méthodes consistant à analyser l’orthographe ou la grammaire.

Vous pouvez en revanche toujours vérifier si les adresses e-mails ou les numéros de téléphone correspondent à ceux de l’organisme en question. Si vous recevez ce type de message et que vous voulez en avoir le cœur net, rendez-vous directement sur l’application mobile ou sur le service web de l’organisme en question.

Les spécialistes conseillent enfin de se tenir au courant des dernières tendances en matière de smishing. Sur Presse-citron, nous vous informons d’ailleurs régulièrement des arnaques en vogue. Parmi les autres lectures que l’on peut vous suggérer en France, le site de la DGCCRF est toujours instructif, tous comme ceux qui de Que Choisir et 60 millions de Consommateurs.

Si vous avez d’autres méthodes personnelles face aux arnaques par SMS, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires.

📍 Pour ne manquer aucune actualité de Presse-citron, suivez-nous sur Google Actualités et WhatsApp.

Antivirus Bitdefender Plus
Antivirus Bitdefender Plus

Par : Bitdefender

Un spécialiste du management de programmes ou de DSI pour votre transformation digitale

Une grande expérience et des références prestigieuses - Dassault, Safran, Thales, Bouygues Telecom, Allianz, Banque de France, Société Générale, Ageo, Cipres, Medipole de Koutio, EPS Ville Evrard