Thrustmaster T248 : le volant parfait pour débuter dans le sim-racing ? 

Alors que la série Drive To survive sur Netflix a mis en valeur la Formule 1 depuis quelques saisons, nombreuses sont les personnes à travers le monde qui se prennent pour Lewis Hamilton et veulent imiter le coup de volant du génial pilote britannique. 

Afin d’assouvir ces envies de pilotages qui germent un peu partout à travers le monde, des jeux vidéo de simulation automobile, plus ou moins réalistes, existent. Mais quand vous lancez ces jeux pour la première fois, c’est bien souvent avec une manette dans les mains. Pas forcément l’outil parfait pour se plonger dans une expérience ultra-réaliste. Après le test du DD Pro, le volant officiel du dernier Gran Turismo, vendu par Fanatec, voici donc le Thrusmaster T248. 

thrustmaster-T248

Le T248, le premier volant à affichage intégré de la marque Thrustmaster © Presse-citron.net

Le combo volant-pédalier : un essentiel du sim-racing

Dans le petit monde du sim-racing, il est donc conseillé aux joueurs qui veulent s’impliquer et accumuler les heures sur la piste de le faire, derrière un volant. Question de réalisme oblige. Mais se pose alors la question fatidique : quel volant faut-il choisir pour débuter dans le sim-racing ? 

Si les réponses sont évidemment multiples, les quelques marques qui construisent des volants pour consoles de jeux et PC ont très bien compris que le marché des débutants et entrée de gamme était très florissant, et qu’il y avait un public à séduire. 

C’est notamment le cas de la marque Thrustmaster qui vient de présenter son tout nouveau T248, un volant précis, maniable et assez simple à prendre en main. Le tout pour un prix plus que raisonnable pour des accessoires de ce genre (le T248 est disponible neuf pour moins de 350 euros). 

Achetez le T248

Avec un positionnement tarifaire plus qu’attractif (on parle ici d’un des volants les moins chers du marché), les potentiels clients pourraient avoir des doutes sur la fiabilité et la précision d’un tel produit. Mais vous allez voir au cours de ce test que le T248, s’il n’est pas parfait, coche de nombreuses cases et pourrait devenir votre volant de prédilection. 

[embedded content]

T248 : un volant parfait pour débuter ? 

Nous l’avons dit dans l’introduction, le T248 de Thrustmaster est, de par son prix, un très bon choix pour commencer dans le sim-racing à moindre coût. Bien qu’il faille dépenser une certaine somme pour se l’offrir, il reste bien moins cher que ses concurrents directs. Compatible aussi bien avec les consoles Xbox (One et Series S et X) que les PC, le volant, ainsi que son pédalier, se feront une très belle place dans bon nombre de salons. 

Mais alors quels sont les points qui pourraient vous faire chavirer pour le T248 ? 

Le premier axe qui saute aux yeux avant même de poser les mains sur le volant, c’est évidemment son design. Ce dernier est assez simple, mais les bases sont là. Certaines mauvaises langues pourront regretter le surplus pas forcément nécessaire de boutons sur le volant (jusqu’à 25), ou encore les palettes trop petites (nous reviendrons en détail sur ce point plus tard dans le test). 

Mais dans l’ensemble, le contrat est rempli. Le support permet de fixer le volant à peu près partout et il est assez simple de faire les connexions entre le volant et la console (ou le PC). Notons ici un gros point positif pour Thrustmaster qui a soigné le câble management, quelque chose d’assez rare, notamment pour des volants à ce prix. 

En ce qui concerne la roue en elle-même, elle est recouverte de cuir ce qui permet une prise en main très sûre et une bonne gestion de la roue. Avec ses 7,6 kg sur la balance, l’ensemble volant-pédalier est assez léger.

thrustmaster-volant

Le volant du Thrusmaster T248 ne pèse que quelques kilos, un vrai plus quand doit souvent démonter son set-up © Presse-citron.net

Un moteur puissant, mais plaisant

Une fois assis derrière le volant, les premières sensations ne tardent pas à venir. Le pédalier répond très bien et la pédale de frein peut-être ajustée en changeant le ressort pour plus de dureté. Pour des joueurs comme moi qui ont eu le G29 de Logitech et sa pédale de frein en béton armé, c’est forcément déstabilisant au début, mais les sensations reviennent vite. Après quelques blocages de roues, les tours s’enchaînent sans le moindre problème. 

Dans les longues courbes, on peut sentir toute la puissance du moteur au sein de la roue de ce T248 de Thrustmaster. Vrai maître horloger dans ce domaine, la firme a encore fait très fort avec ce modèle et propose un retour de force dur, mais pas non plus effrayant, qui s’adapte à tous les types de conduites sans trop de travail pour le pilote.

Les différents « crans » du moteur se ressentent forcément un peu, surtout si vous y faites attention, mais cela ne gêne pas vraiment la conduite. En somme, le T248, bien que plus cher, est à des années lumières en terme de précision du 458 Ferrari de chez Thrustmaster, le produit le plus entrée de gamme.  

En termes de performance pure, le volant boxe clairement une ou deux catégories au-dessus de son niveau affiché, et il est sur ce point un excellent rapport qualité-prix. 

Dans son ensemble le volant correspond à ce qu’un joueur néophyte peut espérer de mieux. Il est simple à prendre en main et les différents aspects de ce dernier, bien qu’imparfaits, sont amplement suffisants pour passer de très bonnes heures sur les plus beaux circuits du monde. 

Les palettes : le point noir du produit

Mais après avoir dit tout le bien que je pense de ce volant, attaquons-nous au talon d’Achille du T248 de chez Thrustmaster. En effet, le produit de la firme d’Hillsboro a bien un défaut qui ressort beaucoup plus que les autres : ses palettes. 

Sur un volant de sim-racing, cette partie est pourtant primordiale et Thrustmaster semble l’avoir oublié. Avec plus de 1000 changements de vitesse en un Grand Prix, le circuit de Monaco est un parfait test pour savoir si les palettes sont bonnes ou non. 

Et nous sommes bien obligés de reconnaître qu’en ce qui concerne le T248, on reste sur notre faim. Les palettes sont trop petites et beaucoup trop bruyantes, même pour un produit à ce prix. Si la position des mains est naturelle, elle ne rattrape pas le reste, et le simple plastique brossé des palettes de changement de vitesse n’est pas là pour arranger les choses. Il donne une impression « cheap » sur cette petite partie du volant. 

Le pédalier : difficile à prendre en main (normal c’est pour les pieds)

Souvent oublié dans les appréciations données à un volant, le pédalier et pourtant l’un des éléments les plus importants, au même titre que la roue. Mais alors, que vaut celui de ce T248 ? 

Et bien on a pris notre pied (sans mauvais jeu de mot).  Le pédalier est fait en acier gris, son petit côté brillant lui donne un aspect solide et on n’hésite pas à enfoncer la pédale, que ce soit celle de droite (pour accélérer) ou celle du centre (pour freiner). Vous l’aurez donc compris, il s’agit ici d’un modèle à trois pédales qui dévoile l’ensemble de son potentiel avec l’utilisation de l’embraye pied gauche et d’une boîte à vitesse en H (en option). 

Achetez une boîte à vitesse en H

Si la position des pédales peut surprendre au départ, le pied se fait rapidement à cette idée, et il ne faut d’ailleurs pas chercher à « englober » toute la pédale pour bien freiner. Cette dernière étant très droite, cela peut même entraîner des douleurs avec des sessions trop longues, mais surtout le freinage ne sera pas bien dosé.

thrusmaster-t248-pédalier

Les pédales droites peuvent être déstabilisantes au départ, mais leur dosage se trouve facilement avec un peu de pratique © Presse-citron.net

En effet, avec un pied levé et droit, le freinage se fait avec la force de votre jambe dans son entièreté, alors que si vous inclinez votre pied lors du freinage, seule la force de ce dernier suffit à ralentir votre bolide. Ce qui est bien plus simple à doser. 

En résumé le pédalier de ce T248 de chez Thrustmaster est vraiment très bon et il est un plus à ne pas oublier quand on fait le listing des choses qui marchent dans ce volant. 

L’affichage sur le volant : un plus que l’on ne voit pas assez

Dernier point que je voulais aborder dans ce test, c’est peut-être celui qui a le plus fait parler de lui jusqu’à présent. La toute nouvelle fonctionnalité d’affichage présente sur le volant qui offre au T248 le luxe d’avoir une exclusivité dans ce monde où tous les produits se ressemblent affreusement (pour des yeux de néophytes).

Avec cette option (disponible seulement sur PC et sur Xbox Series S et X), il est possible de voir sa position dans la course, son temps au tour et d’autres informations de base, mais le tout, et tout l’intérêt est là, sans avoir à quitter la route des yeux. 

Si cette fonctionnalité est présentée par Thrustmaster comme une petite révolution, elle ne change (malheureusement) pas la vie. En effet, mes yeux étaient habitués au cours du test à aller chercher les informations dont j’avais besoin là où elles se trouvent en temps normal (sur mon écran de jeu). Par réflexe je regardais donc mon écran plutôt que le volant.

F1 22 Image Officielle

Une des premières images de F1 22 le prochain jeu de simulation automobile d’EA Sports, très attendu par les fans © Codemasters

Il faut également préciser que mon set-up ne me permet pas d’avoir un volant à hauteur des yeux. Je dois baisser le regard pour voir l’affichage, une contrainte pas naturelle pour moi, et j’ai donc eu beaucoup de mal à prendre le pli.

Les joueurs doivent s’adapter, pas le volant

Mais les quelques fois où je me suis forcé à tester cette fonctionnalité comme il se doit, elle m’a immédiatement paru très intéressante. Simple effet de nouveauté ou vrai révolution, c’est encore difficile à dire, mais l’affichage sur le volant est quelque chose que nous allons retrouver dans les prochaines années j’en suis sûr.

Pour avoir fait le test sur PC dans un second temps, avec une configuration d’écran qui m’était étrangère. Cette petite fonctionnalité me permettait de gagner un temps fou. En baissant simplement les yeux je pouvais voir ma position ou mon temps. 

Je pense donc que cette option pourrait être un vrai plus pour les personnes qui découvrent le monde du sim-racing avec le T248. Ironiquement, ce sont elles également qui ne se rendront pas compte des avantages de cette fonctionnalité. 

trhustmaster-volant-T248

Le Thrusmaster T248, une des meilleures options pour démarrer dans le sim-racing © Presse-citron.net

Pour les personnes ayant l’habitude de lever les yeux ou d’aller chercher l’information de course à droite à gauche, il sera assez difficile de se défaire de ce réflexe, surtout si vous êtes un joueur assidu. 

Néanmoins cela vaut le coup d’essayer, et si vous arrivez à perdre cette habitude, la toute nouvelle fonctionnalité du T248 n’en deviendra que plus impressionnante. À noter que la fonctionnalité d’affichage est également disponible sur la version PlayStation (PS4/PS5) du volant (que nous n’avons pas testé).

Conclusion : un très bon volant pour débuter, tout simplement

En conclusion, le T248 de Thrustmaster est un très bon volant pour commencer dans le sim-racing. Avec son prix bas et ses nombreuses compatibilités, le volant s’adapte finalement assez bien à son joueur, quel qu’il soit. 

Bien que tout ne soit pas parfait, le volant promet de belles sessions de roulage, que ce soit sur les jeux F1 ou le dernier Forza Horizon, mais aussi les grandes firmes du sim-racing comme Asseto Corsa ou iRacing. 

Parfait pour les néophytes, le T248 peut également être un très bon achat pour des personnes qui seraient aujourd’hui en possession d’un volant premier prix et qui voudraient monter en gamme sans se ruiner.

Achetez le T248 à 349€ chez Amazon

[embedded content]