L’eSport confirme sa dynamique et affole les compteurs

En mars 2020, juste avant le début de la pandémie, l’eSport était déjà en très forte croissance. Nous vous parlions alors de cette étude publiée par Reviews.org qui permettait de mieux comprendre le fonctionnement du secteur à l’échelle globale. On notait alors que les États-Unis dominaient le marché avec 20 millions de dollars payés lors des tournois. L’oncle Sam devançait la Chine et la Corée du Sud, tandis que la France obtenait une encourageante quatrième place.

Twitch domine toujours largement le livestreaming de jeux vidéo

Depuis, la crise sanitaire n’a clairement pas douché les espoirs de cette discipline. La lecture d’un rapport que viennent de publier les analystes de Newzoo suffit pour s’en convaincre. Cette année, l’eSport et le livestreaming devraient ainsi générer 1,38 milliard de dollars. Un total qui va continuer de croitre pour atteindre 1,86 milliard en 2025, estiment les experts.

À noter que c’est la Chine qui amènera un tiers des recettes au secteur, même si l’Amérique du Nord, l’Europe, la Corée du Sud, et le Japon ne seront pas en reste. L’eSport se mondialise aussi avec une montée en puissance des jeux mobiles en Amérique latine, au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Inde.

Enfin, et ce n’est là encore qu’assez peu surprenant, Twitch continue de dominer de la tête et des épaules l’industrie du livestreaming. Le total d’heures visionnées sur la plateforme d’Amazon l’an dernier a d’ailleurs atteint les 20 milliards.

Galvanisé par ces excellents chiffres, l’eSport ne doit pas non plus oublier certaines lacunes pour continuer d’aller de l’avant. Nous évoquions récemment cette recherche menée par ce scientifique de l’université canadienne de Waterloo. En s’entretenant avec les coachs de six équipes professionnelles de League of Legends, il a noté que les sports électroniques peuvent être gêné dans leur développement par l’absence de techniques d’entraînement satisfaisantes.

[embedded content]