Guy de Lussigny - Manager de Transition
iPhone : comment programmer l’envoi des SMS du Nouvel An

Alors que ce soir c’est le Nouvel An, nous voulons toujours envoyer des SMS ou des iMessage à nos proches directement une fois le décompte de minuit terminé. Mais bien souvent, les réseaux téléphoniques sont saturés alors que les premiers instants de la nouvelle année commencent à retentir.

Résultat de cette surutilisation du réseau, les messages arrivent quelques minutes après, alors que nous avions bien fait attention pour que ces derniers partent à 23 h 59, pour les plus prévoyants d’entre nous. Afin d’éviter cela, et de profiter du passage à la nouvelle année sans avoir à être sur son téléphone dès le compte à rebours terminé, nous allons vous donner l’astuce pour planifier vos messages pour l’instant du Nouvel An.

En effet, sur Android, Google a developpé sa propre option pour préprogrammer des messages, rendant la chose simpliste. Mais en ce qui concerne les iPhone, c’est un tout petit peu plus compliqué. Bien qu’il soit en effet possible de planifier des actions via l’application « Raccourcis », il faut suivre quelques petites étapes pour bien faire les choses. En ce qui concerne les SMS ou les iMessage (au choix l’astuce fonctionne avec les deux ), il suffit de créer un petit programme au sein de l’application. Voici la marche à suivre. 

Comment programmer l’envoi d’un SMS sur iPhone

  • télécharger l’application “Raccourcis”
  • créer une automatisation personnelle
  • choisir l’heure de la journée
  • ajouter une action “envoyer un message”
  • écrire le message et choisir le destinataire
  • décocher l’option “demander avant d’exécuter”

Tout se passe dans l’application “Raccourcis”. Cette dernère n’est pas forcément présente nativement sur tous les iPhone, il faudra donc la télécharger si vous ne la possedez pas déjà.

Une fois dans l’application, il suffit de créer un nouveau « raccourci » en suivant la marche à suivre d’Apple. Dans le menu choisissez “créer une nouvelle automatisation”. Il faut ensuite créer une automatisation personnelle. Une fois dans ce menu, plusieurs paramètres peuvent être personnalisés. Le premier, tout en haut de l’écran est l’heure de la journée. Il suffit donc de sélectionner la date du jour et l’heure que vous voulez.

Cliquez ensuite sur « suivant » en haut à droite. Là vous aurez la possibilité d’ajouter une action à ce nouveau raccourci. Si comme moi (sur l’image ci-dessous) vous avez une suggestion comme « envoyer un message » vous pouvez cliquer dessus. Si ce n’est pas le cas, choisissez « ajouter une action ». Un menu déroulant va alors apparaître, il vous suffira de choisir envoyer un message.

Choisissez votre texte et votre destinataire

Une fois la carte créée, vous pouvez écrire votre message dans la zone grisée « message » et dans la zone « destinataires » vous pouvez choisir à qui ce message doit être envoyé. Une fois cette action faite, cliquez sur suivant. Un résumé de votre nouvelle automatisation va alors s’ouvrir, il suffit de vérifier que tout est en ordre, et de bien penser à décocher l’option « demander avant d’exécuter ».

L’automatisation se mettra donc en place d’elle-même sans que vous n’ayez rien à faire. À noter que ce petit procédé peut aussi bien être utilisé pour des anniversaires ou encore des dates spéciales. Si vous souhaitez découvrir d’autres raccourcis faciles à mettre en place, suivez le guide.

Canon est sur le point de tuer sa gamme mythique d’appareils photo DSLR

Canon est sur le point de tourner une page historique. Dans une interview reprise par The Verge, le PDG de Canon Fujio Mitarai explique que le marché des appareils photo numérique professionnels est en train de se détourner rapidement des appareils photo DSLR au profit des appareils mirrorless (hybrides) haut de gamme.

Les appareils réflex numériques diffèrent des DSLR par le fait que la visée se fait exclusivement via le viseur numérique ou l’écran. Ils sont plus rapides, plus compacts, et plus durables en raison de la réduction du nombre de pièces mobiles.

Les DSLR Canon, c’est bientôt fini

Ces caractéristiques proches des réflex dans un format plus compact expliquent en partie leur succès fulgurant depuis 2020. Il faut dire que ceux qui sont tentés par le switch peuvent en prime très facilement adapter tous leurs objectifs et n’ont à déplorer aucune perte en qualité d’image – c’est même souvent le contraire avec les hybrides APS-C.

“Les besoins du marchés sont en évolution rapide vers les appareils photo hybrides. Du coup, nous redirigeons de plus en plus les gens dans cette direction”, explique le PDG de Canon. Qui ajoute dans l’interview que le EOS Mark III sera le dernière modèle de la gamme EOS-1, dont Canon devrait cesser la production d’ici quelques années.

La gamme EOS (pour Electro-Optical System) existe depuis 1987. Le premier modèle destiné aux professionnels était le Canon EOS 650. Tous les modèles EOS disposent d’une monture pour objectifs EF qui succède à la monture FD des modèles antérieurs. Depuis 2011, la gamme EOS désigne aussi des appareils dédiés à la production audiovisuelle haute définition.

Depuis 2012 et 2018, deux références EOS, les EOS M et R sont des appareils hybrides. Ce qui montre que Canon avait déjà doucement entamé une transition depuis quelques années.

Lire aussi – Dell UltraSharp : une webcam 4K HDR inspirée par les reflex numériques (DSLR)

Canon pourrait toutefois continuer à produire encore pendant quelques temps des appareils DSLR pour répondre à la demande internationale, en particulier sur l’entrée et le milieu de gamme de la catégorie. Nul doute qu’en générant une certaine nostalgie, Canon érigera bon gré mal gré son “dernier” Mark III au rang de légende.

Netflix, Disney+, Apple TV+ : ce script illégal permet de pirater les films et séries

La sécurité informatique est un jeu – non pas qu’elle doive être prise à la légère… mais celle-ci n’a rien d’absolu. La sécurité d’un système tient jusqu’à ce que quelqu’un réussisse à la casser. Cela vaut pour tous les programmes sans distinction. Y compris celui qui chiffre les vidéos sur Netflix, Disney+ et Apple TV+.

Ces trois plateformes utilisent un système de chiffrement des contenus baptisé Widevine. La sécurité de ce dernier avait déjà été mise à mal par le passé. A l’époque, en effet, plusieurs variantes du standard coexistaient pour maximiser la compatibilité, ce qui permettait à Widevine de fonctionner correctement même sur les smartphones un peu anciens.

Un pirate publie le code source de son exploit pour pirater Netflix, Disney+ et Apple TV+

Les plateformes ont depuis restreint le nombre de variantes du standard, et requièrent désormais d’utiliser un smartphone ou ordinateur récent pour pouvoir visionner les programmes. Or, un pirate, qui se fait appeler Widevinedumb est parvenu à casser la sécurité des variantes de chiffrement Widevine actuelles.

Et histoire de mettre les deux pieds dans le plat, le pirate a mis en ligne le code source de son exploit. Code source incomplet, car le pirate fait payer la partie du code la plus intéressante, à savoir le module CDM qui déchiffre les contenus. Bien entendu, utiliser ce script est totalement illégal.

Ce qui n’a pas empêché de nombreux internautes de le télécharger. Cela étant, ni Netflix, ni les autres plateformes utilisant Widevine n’ont de raison de trembler. En publiant le code source de son exploit, le pirate montre en effet de facto comment rapidement colmater la faille, et mettre fin au problème.

On peut d’ailleurs regretter qu’au lieu de publier ainsi le code source de son exploit tout en faisant payer le module de déchiffrement le pirate n’ait pas préféré prévenir Netflix en amont pour laisser le temps à ses équipes de régler le problème.

Lire aussi – Que nous réserve Netflix pour le mois de janvier 2022 ?

Car en publiant ce script 100% illégal, le pirate a en fait surtout gâché les vacances des développeurs de la firme, qui vont devoir faire quelques heures supplémentaires pour mettre très vite fin au problème…

Antivirus Bitdefender Plus
Antivirus Bitdefender Plus

Par : Bitdefender

Hadopi : pourquoi 30% des Français vont perdre leur immunité

Créé il y a un peu plus de dix ans, Hadopi lutte contre le piratage, le streaming ou encore le téléchargement illégal de contenus. Mais depuis une décennie, il y a une faille dans le système, permettant à 30% des internautes français de passer entre les mailles du filet d’Hadopi. Mais dès demain, ça sera de l’histoire ancienne.

Les IP partagées protègent 30% des internautes d’Hadopi

Face à une pénurie d’adresses IP, notamment IPV4, les fournisseurs d’accès à internet ont dû se montrer ingénieux. Ainsi, ils ont choisi de mutualiser certaines adresses IP. C’est ce qu’on appelle des IP partagées, ou natées. Les utilisateurs ne sont plus identifiés par leur adresse IP, puisqu’elle est partagée, mais par les ports qu’ils utilisent par exemple.

Si cela a permis de résoudre le problème de pénurie d’adresses IP, cette architecture fait bondir Hadopi tout simplement parce que l’autorité ne peut pas avoir accès au numéro du port source de l’utilisateur, zone d’ombre oblige. Sans ce numéro, impossible pour Hadopi d’identifier l’internaute parmi les utilisateurs d’une IP partagée, ce qui permet à se dernier de passer tranquillement sous les radars.

Selon NextImpact, 30% des internautes sont concernés par cette immunité. Bien évidemment, Hadopi bataille depuis de nombreuses années pour corriger cette zone d’ombre bien embêtante pour eux, mais sans succès jusqu’à présent. Mais tout change dès demain !

En effet, dès le 1er janvier 2022, Hadopi fusionne avec le Conseil Supérieur d’Audiovisuel (CSA) pour former l’Autorité de Régulation de la Communication Audiovisuelle et Numérique (ARCOM). Changement de nom et de structure, cela signifie également un arsenal judiciaire mis à jour. Ainsi, dès demain, l’ARCOM aura accès aux numéros du port source des internautes utilisant une adresse IP partagée. Les 30% des internautes perdent, de ce fait, leur précieuse immunité… On imagine que ça ne plaira pas à tout le monde !